Bonjour,

Je tiens à vous informer de la parution du livre « Le SS-Pz.-Rgt. 12 », le régiment blindé de la 12. SS-Pz.-Div. « Hitlerjugend », de Stephan Cazenave.

Ce livre retrace l’histoire de régiment de sa formation à son engagement, par un historien solide, qui a consacré de nombreuses années à son élaboration. Stephan ne se s’est pas limité à reconstituer les évènements avec des archives pour beaucoup inédites, mais à faire parler les derniers vétérans de cette division. Ce qui apporte un regard nouveau sur cette unité dont nous croyions tout connaître. Stephan a relevé un pari qui semblait perdu d’avance. D’un handicap du au temps qui a emporté ces acteurs, il a réussi à combler les brèches de la narration historique en présentant un grand nombre photos fort bien légendées et en retrouvant des rapports venus du monde entier.

Je suis vraiment heureux de trouver enfin des portraits qui méritent un format digne de ce nom ; c’est à dire qui ne se limitent pas à des formats de timbres – postes. Ainsi, il prend en considération ces hommes qui ont également le droit à la parole.
La force de cet ouvrage demeure son objectivité. Je dirais simplement :  » Ce n’est pas parce que l’on étudie l’armée allemande que l’on devient nazi. » Bien au contraire, il constitue  un choc historique pour la bataille de Normandie car il n’apporte que du nouveau et mille et un petits détails qui, tous mis en place, en font un grand livre.

Enfin, il faut aussi rendre hommage à Stephan Cazenave, car ce chef d’oeuvre est loin d’être commercial. C’est un livre de passionné d’histoire fait pour ceux qui veulent en savoir d’avantage. Pour mon compte, je dirais qu’il est audacieux en publiant un aussi bel ouvrage au prix de revient élevé. La mise en page est magnifique, ce qui représente déjà un sacré budget; le papier brillant met en relief les photos présentes à chaque page. Un détail : couverture cartonnée (ce coût représente exactement la fabrication de mes livres à 20 e).

Vous pouvez manger des nouilles pendant deux mois pour économiser le prix d’achat car vous ferez encore une affaire.

Didier Lodieu –